Trucs et astuces

Quelques petits trucs et astuces pour votre animal

Les chatons et les chiots enjoués et intelligents examinent les objets en les touchant, les mâchonnant et les goûtant. En croissance, ils aiment explorer mais doivent être protégés contre les objets de notre quotidien qui peuvent être dangereux comme des fils, des rubans, des petites pièces de jeux, des médicaments, des plantes toxiques et bien d’autres. Avant l’arrivée de l’animal, il serait sage de faire le tour de la maison et de déplacer ou jeter  les objets pouvant être à risque pour la santé de votre nouveau protégé.

Selon la race sélectionnée, il existe différents soins importants à prodiguer à votre animal. Que ce soit une race de chiens ou de chats, ils sont tous différents. Leurs apparences diffèrent mais leurs besoins en nutrition et en soins vétérinaires varient aussi. Certaines races présentent une prédisposition à développer certaines conditions comme des allergies cutanées, des troubles respiratoires, des malformations congénitales, etc… Consultez notre équipe pour connaître les particularités de la race choisie avant de faire votre choix définitif.  La connaissance, c’est le pouvoir.

Avant toute chose, votre nouvel animal devrait avoir une pièce bien à lui qui l’attend avec ses bols, ses jouets, son lit et sa litière pour un chat. Attendez quelques jours avant de donner accès à toute la maison afin que les autres animaux prennent connaissance de sa présence et de son odeur. Avant de faire les présentations, visitez votre vétérinaire pour vous assurer que tous vos animaux sont en bonne santé et qu’ils ont tous reçu leurs vaccins et vermifuges.

Ensuite, présentez votre nouvel animal aux autres animaux graduellement et un à la fois. Idéalement, on recommande d’utiliser une cage ou une barrière  d’enfants extensible afin de mieux superviser la première rencontre. Pendant les rencontres, séparer les animaux dès le premier signe de comportement agressif.

Puisqu’il se peut que l’acceptation prenne un certain temps, ne laissez jamais vos animaux sans supervision tant que vous n’êtes pas certain qu’ils s’entendent bien.  Garder le nouvel arrivant dans sa pièce adaptée à ses besoins tant que l’harmonie ne sera pas établie dans la maison entre tous les animaux y vivant.

Un comportement destructif chez le chiot ou le chaton est souvent le résultat d’un manque de stimulation. Un animal qui s’ennuie trouvera une façon de se divertir, que ce soit en attaquant les tapis, harasser le chat ou le chien de la maisonnée ou explorer les plantes et les garde-robes.  Un animal qui n’est pas suffisamment stimulé peut devenir malicieux. Il a besoin d’être stimulé mentalement par la chasse ou le jeu par exemple et trouvera une façon de satisfaire ce besoin. De plus, un chat ou un chien qui n’est pas suffisamment actif sera plus à risque à prendre du poids et à souffrir de problèmes de santé reliés à l’obésité  lorsqu’il sera plus vieux. Offrez à votre compagnon une variété de jouets approuvés par votre vétérinaire qui le stimulera, autant mentalement que physiquement.

Souvenez-vous que votre animal n’agit pas ainsi pour vous faire fâcher. Certains comportements sont instinctifs tandis que d’autres sont causés par l’ennui.

Même si votre animal n’a pas de contact avec d’autres chats, les comportements sexuels d’un chat non-opéré sont incommodants : miaulements excessifs, marquage urinaire,… De plus, votre chat détectera la présence de chats à l’extérieur et ceci le rendra anxieux et territorial.

Avant de parler de vengeance lorsqu’il y a présence d’urine en dehors de la litière, il est très important d’éliminer en premier lieu tout problème physiologique chez votre animal comme, entre autres, un début d’infection urinaire, un problème thyroïdien, un diabète ou autres… Lorsque toutes les suspicions physiologiques seront écartées, nous pourrons nous orienter vers un problème comportemental et vous proposer quelques trucs pour éliminer le problème.

Il est faux de croire que de laisser son animal lécher une plaie va aider à bien la guérir. Au contraire, on retrouve une multitude de bactéries dans la gueule d’un animal et le léchage va créer de l’infection en plus de l’irritation qui va empêcher la guérison.

Il est important d’agir rapidement car les poils de porc-épic pénètreront d’eux même sous la peau et occasionneront une grave infection. En aucun temps, on ne doit couper les poils de porc-épic qui se retrouvent sur notre animal. En les coupant, les poils pénètrent dans la peau et s’enfoncent parfois jusqu’au muscle. Si le poil a été coupé, il sera très difficile pour le vétérinaire de le localiser et de l’extraire. De plus, l’extraction des poils est excessivement douloureuse ce qui nécessite la majorité du temps une anesthésie générale.

Ceci est inexact! Du maïs de bonne qualité, cuit de façon appropriée, a un taux de digestibilité supérieur à 80%. Le maïs constitue une excellente source de glucides (énergie) dans la nourriture sèche et aide à former la croquette. Ce qui est important, c’est la combinaison de TOUS les ingrédients de qualité supérieure qui composent la nourriture.

Pas nécessairement! La qualité des sources de protéines est beaucoup plus bénéfique pour l’animal que la quantité. Les ingrédients sont en ordre décroissant de poids sur l’étiquette (avant le traitement). Par exemple, l’ingrédient poulet entier peut être le premier sur la liste, mais on fait ici référence au poids dont 70% est de l’eau, et cette eau s’évapore pendant la cuisson.

De plus, la répartition d’un même produit en différents groupes peut également porter à confusion. Prenons par exemple, l’amidon de maïs, le maïs sucré, le son de maïs et le maïs. Si on les additionne séparément, ils seront placés plus loin dans la liste d’ingrédients.

Par contre, si on les réunissait (après tout, ce sont tous des formes de maïs), ils se retrouveraient à la tête de la liste. Il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège qui consiste à croire que : plus il y en a, mieux c’est. Une plus grande quantité de protéines de qualité inférieure ne sera pas aussi bénéfique pour votre animal qu’une quantité modérée de protéines d’une qualité supérieure.

Les aliments crus (en particulier la viande et les œufs) ne sont pas recommandés. La nourriture crue peut entre autres causer des intoxications alimentaires, des infections parasitaires et entraîner des carences en éléments nutritifs .Nombreux microorganismes présents dans la nourriture crue sont transmissibles aux humains.

Ces microorganismes représentent un danger réel pour la santé de votre famille. Les os, crus et cuits, ne sont pas sans risque pour votre animal, car ils peuvent causer de l’obstruction dans la gueule, la gorge, l’estomac et les intestins chez les chiens et les chats. Une diète composée exclusivement de nourriture crue peut entraîner un mauvais développement des os et une croissance anormale, ce qui peut  causer de la douleur, compromettre la mobilité et amoindrir la qualité de vie  de l’animal. La nourriture crue comporte tout simplement trop de risques pour que nous la recommandions.

Il est faux de croire que le collier à puce traitera et protégera votre animal contre une infestation de puces. Souvent, il agira seulement sur le haut du corps sans avoir d’effet efficace au niveau de la queue. Il est donc possible que votre animal transporte des puces à l’intérieur de votre domicile et contamine votre environnement.

Il est important d’utiliser un instrument à cet effet : le tire-tique. Celui-ci vous permet de retirer la tête et la pièce buccale à tout coup. Si la tête de la tique reste sous la peau, il y a de fortes chances que le corps de votre animal réagit fortement avec différents signes d’infections tels que de la rougeur, de la douleur, de l’enflure et des écoulements purulents. Ceci nécessite un examen du vétérinaire le plus rapidement possible.

Selon le code de déontologie des médecins vétérinaires, il est interdit de divulguer des informations qui se trouvent dans le dossier d’une autre personne que l’appelant.

Article du code de déontologie:

Article 25.  Le médecin vétérinaire ne doit pas faire usage de renseignements de nature confidentielle au préjudice d’un client ou en vue d’obtenir directement ou indirectement un  avantage pour lui-même ou pour autrui. Il doit également veiller à ce que le personnel qui l’entoure et toute personne qui collabore avec lui dans l’exercice de ses activités professionnelles ne révèlent pas les renseignements de nature confidentielle obtenus dans l’exercice de leurs fonctions.

  1. 1149-93, a. 25; D. 364-2008, a. 20.

Article du code de déontologie : Intégrité

2.9. Le médecin vétérinaire doit s’acquitter de ses devoirs professionnels avec intégrité; à cette fin, il doit notamment:

3°  …ne poser un diagnostic, d’instaurer un programme prophylactique ou ne prescrire des médicaments qu’après avoir personnellement effectué un examen approprié de l’animal ou d’une population d’animaux;

  1. 1149-93, a. 9; D. 364-2008, a. 8